Skip to main content

Hausse effective du SMIC ce 1er janvier 2015

En ce 1er janvier 2015, le SMIC vient de subir une hausse de 0,8%. Il s’établit à 9,61 euros de l’heure.

La hausse du SMIC horaire de 0,8% était connue depuis plusieurs jours avec la publication du décret au journal officiel le 24 décembre 2014. Cette officialisation faisait suite à l’annonce du gouvernement le 18 décembre de revaloriser le SMIC de cette valeur. Ceci confirmait les premiers calculs réalisés quelques jours auparavant de manière officieuse. Ils avaient été réalisés dès que les éléments nécessaires au calcul du SMIC furent connus.

  • le SMIC brut mensuel se hausse à 1 457,52 euros

En ce premier jour de l’année 2015, le taux horaire du SMIC s’établit à 9,61 euros. Alors que le SMIC brut mensuel pour une personne travaillant 35 heures par semaine passe à 1457,52 euros.

Cette nouvelle valeur du SMIC horaire est effective à partir du premier janvier 2015. Elle est applicable à toute personne étant salariée et rémunérée au SMIC. La hausse de 0,8% correspond à la hausse légale selon les critères officiels qui régissent l’évolution du salaire minimum interprofessionnel de croissance.

hausse du SMIC horaire au 1er janvier 2015
Crédit : Randhawaharnir

En effet, un éventuel « coup de pouce » avait été clairement écarté à la fois par François Rebsamen, le ministre du travail. Puis par Michel Sapin, le ministre des Finances et de Comptes public, avant la fin de l’année 2014. Le dernier coup de pouce au SMIC remonte à 2012. Il correspond à l’arrivée de François Hollande au pouvoir. Depuis cette année, seule l’évolution légale a été appliquée.

Le SMIC net mensuel subit quant à lui une hausse de 8 euros environ pour s’établir à 1137 euros, contre 1129 euros en 2014. Cette hausse est la quasi la même que celle vécue en 2013. Mais elle reste loin des hausses des trois années précédentes qui étaient toutes à deux chiffres. Ceci en comptant d’une année sur l’autre, c’est à dire sans compter les hausses intermédiaires éventuelles de milieu d’année.

Le SMIC sera revalorisé de 0,8% au 1er Janvier 2015

Le SMIC horaire passera à 9,61 euros brut au 1er janvier 2015, soit une augmentation de 0,8%

Le gouvernement a officialisé la revalorisation du SMIC de 0,8% au 1er janvier 2015. Cette évolution est conforme à celle déjà estimée officieusement selon les chiffres de Insee qui servent de base au calcul du salaire minimum.

Au 1er janvier 2015, le SMIC horaire brut sera de 9,61 euros contre 9,53 euros actuellement. Ceci correspond à un SMIC mensuel de 1457,52 euros. Soit une douzaine d’euros de revalorisation brute.

  • Une augmentation purement mécanique

Cette revalorisation de 0,8% est la conséquence de l’évolution de deux critères définis par la loi comme suit :

  1. L’indice des prix à la consommation hors tabac pour les 20% de ménages aux revenus les plus faibles. Cet indice a évolué de 0,2% entre novembre 2013 et novembre 2014.
  2. La moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE). Cette valeur se hisse à +0,6% entre septembre 2013 et septembre 2014.
Hausse du SMIC de 0,8% au 1er janvier 2015
le répit du travailleur

Cette évolution se fait donc selon les mécanismes légaux qui régissent le SMIC, en l’absence de « coup de pouce » que le ministre du travail, François Rebsamen et le ministre des finances, Michel Sapin avaient successivement écarté.

Mais les principaux syndicats regrettent que le gouvernement n’ait pas accordé ce fameux coup de pouce. « Les salariés apprécieront », a déclaré Agnès Le Bot de la CGT. « On reste tous sur notre faim », a annoncé Marie-Alice Médeuf-Andrieu de FO.

A noter que l’augmentation du SMIC est inférieur au salaire horaire de base ouvrier et employé. Le SHBOE décrit ci-dessus augmente en effet de 1,2%. Cela est dû à la faible inflation sur l’année écoulée. L’indice qui la traduit, l’indice des prix à la consommation hors tabac pour les 20% de ménages aux revenus les plus faibles, plafonne à 0,2%

Le dernier coup de pouce au SMIC remonte au 1er juillet 2012. Il correspond au moment où François Hollande avait porté l’augmentation du salaire minium à 2% au lieu des 1,4% légaux.

Pas de coup de pouce au SMIC au 1er Janvier 2015

François Rebsamen, le ministre du travail, a exclu un coup de pouce au SMIC pour l’entrée dans 2015

Au 1er janvier 2015, le SMIC n’évoluera que selon les mécanismes légaux qui gèrent son niveau. C’est la conséquence des annonces faites par François Rebsamen, ministre du travail, qui exclu un coup de pouce au SMIC.

Il a précisé que «Quand la croissance n’est pas là, le coup de pouce n’est pas une bonne solution». Avant d’ajouter que «l’objectif prioritaire, c’est l’emploi et l’investissement».

Le ministre a également écarté les propositions sur un SMIC régional. Il a rappelé que «Le SMIC est un outil national de solidarité et doit demeurer le même partout sur le territoire national».

  • François Rebsamen rejette également l’idée de rémunération en dessous du SMIC

Cette idée était une des propositions de Pierre Gataz, le patron du Medef, qui avait fait couler beaucoup d’encre. Le ministre a en effet déclaré «rejeter tout SMIC dérogatoire ou un sous-SMIC pour les jeunes ou les demandeurs d’emploi de longue durée»

François Rebsamen ne donnera pas de coup de pouce au SMIC au 1er janvier 2015
François Rebsamen.
Crédit : Clément Bucco-Lechat

François Hollande, à son arrivée au pouvoir, avait donné un coup de pouce de 2% au SMIC. C’était en 2012, et depuis, les seules augmentations que le SMIC a subies ont été les formules légales. Ce n’est donc pas non plus en ce début le SMIC 2015 qui verra un changement.

En cela, le ministre suit les recommandations du groupe d’experts chargés de conseiller le gouvernement sur le SMIC. Ce groupe avait en effet déconseillé tout coup de pouce au SMIC. Ce groupe d’experts ne voyaient que des effets néfastes à une augmentation trop importante du SMIC dans la situation actuelle du pays.

François Rebsamen a rappelé néanmoins que «le SMIC progresse chaque année». Avant d’ajouter avoir «un défi majeur pour redresser notre pays, dont la compétitivité a été abîmée.»

L’Allemagne adopte un SMIC pour les salariés

Instauration d’un SMIC à 8,50€ de l’heure en Allemagne

Un évènement historique s’est passé le 03 juillet 2014 en Allemagne. En effet, le Bundestag a décidé d’introduire dans ce pays un salaire minimum légal d’un montant de 8,50 euros de l’heure. Sur 601 suffrages exprimés, 535 députés du Bundestag allemand se sont montrés pour l’application de « SMIC allemand » à partir de 2015.

Avec un budget de 10 milliards d’euros, l’état allemand espère apporter une amélioration dans la définition des salaires. C’est une vraie révolution pour le « modèle d’économie sociale de marché » allemand.

L’adoption de la loi régissant ce salaire minimum est perçue comme une victoire de la part des syndicats. Ainsi que par les quelques millions de salariés allemands sous-payés. Également au sein du parti social-démocrate, car c’est l’une de leurs principales revendications. Environ 3,7 millions de personnes en Allemagne bénéficieront de ce SMIC.

Cette réforme a été mise en place face aux différentes failles dans l’ancien système. En effet, de plus en plus d’entreprises refusaient de s’aligner aux accords collectifs relatifs à l’explosion du nombre d’emplois à bas salaire, établi en 2003 avec Gerhard Schröder.

  • Plusieurs autres critères ont également emmené l’Allemagne à faire cette révolution

Ouvrier. Munich, Allemagne
Ouvrier. Munich, Allemagne
Crédit : Usien

Le travail intérimaire ainsi que la création des « mini-jobs à 400 euros » se sont beaucoup développés. Plusieurs employeurs ont recours à des travailleurs sous-payés venant de l’Europe de l’est. Le dumping salarial augmente de plus en plus, surtout chez les entreprises de services comme la restauration, le transport, la sécurité, etc.

Avec cette réforme, l’Allemagne attend une augmentation salariale estimée à 10 milliards d’euros. Auparavant, la définition des salaires et des conditions de travail étaient monopolisées par les employeurs et les syndicats. A partir de maintenant, l’État influencera également sur ces décisions.

Selon la ministre de l’Emploi et des Affaires sociales Andrea Nahles, « Cinq millions de personnes travaillent dans des secteurs où règne le ‘moins-disant salarial’. Sans le salaire minimum, ils ne peuvent espérer toucher une rémunération à peu près correcte ».

L’adoption du SMIC en Allemagne vise donc principalement à protéger les salariés. La ministre, issue du parti social-démocrate a même précisé que 3 millions de salariés perçoivent déjà un salaire minimum sectoriel. Ceci sans que cela conduise à détruire l’emploi dans son pays. Selon la ministre, l’État estime que « pour l’ensemble de l’économie, cette mesure représente une augmentation salariale globale de 10 milliards d’euros ».

  • Les employeurs pourront faire une dérogation par rapport à cette réforme.

Selon la loi allemande relative au SMIC, tous les secteurs d’activité doivent avoir un salaire minimum. Deux cas peuvent se présenter : Si le secteur n’a pas encore de salaire minimum, il devrait en créer un, équivalant à 8,5 euros brut de l’heure. En revanche, pour un secteur qui applique déjà un SMIC sectoriel, mais dont la valeur est inférieure à 8,5 euros de l’heure, un délai de deux ans leur est accordé pour se mettre à la page.

A l’initiative des députés conservateurs, plusieurs secteurs feront l’objet d’une exception par rapport à la loi sur le SMIC. Parmi eux les travailleurs saisonniers (agricoles…) travaillant au maximum 70 jours par an. Également les stagiaires dont le stage est inférieur à 3 mois et les porteurs de presse . Pour les jeunes de moins de 18 ans et les chômeurs de longue durée, les employeurs pourront faire une dérogation au SMIC pour une durée de 6 mois maximum. Ceci afin de faciliter leurs insertions professionnelles.

  • Une mise en place accompagnée

Selon Andrea Nahles, 1600 inspecteurs de travail supplémentaires vont être embauché d’ici à 2015 pour assurer la bonne application des textes de loi sur le SMIC. Une commission paritaire composée des employeurs, des syndicats et des représentants de l’État a été également créée. Elle se réunira tous les deux ans pour réévaluer le montant du SMIC, par rapport aux contextes (politique, économique…) de l’Allemagne

Bien que la mise en place du SMIC en Allemagne soit une révolution, on ne peut pas encore affirmer son impact sur l’économie allemande. Plusieurs personnes comme le président de la Confédération des syndicats allemands, Rainer Hoffmann, sont optimistes sur cet impact. Tandis que les adversaires de la loi estiment que le nouveau SMIC pourra détruire entre 50 000 et 1 million d’emplois. Michael Hüther, le directeur de l’Institut d’études économiques de Cologne, sont parmi ces opposants. La loi sur le SMIC peut être qualifiée de mesure phare du gouvernement Merkel.

Pas de revalorisation du SMIC au 1er juillet 2014

Comme l’an dernier, le SMIC ne va pas être modifié au 1er juillet 2014. Le SMIC brut mensuel reste à 1 445,38€ par mois pour 35h par semaine.

Pas de surprise au 1er juillet. Cette année le montant du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) se maintient à 9,53 euros de l’heure. Ceci pour toute l’année 2014.

Contrairement à ce qui avait été le cas en 2011 et 2012. Ces années là, le SMIC avait été revalorisé 2 fois dans l’année, aux 1er janvier et aux 1er juillet. Il avait gagné pratiquement 5% en 18 mois. Il passait ainsi de 9 euros brut de l’heure au 1er janvier 2011 à 9,40 euros brut de l’heure au 1er juillet 2012. (4,44% exactement)

  • Pour la deuxième année consécutive, le SMIC n’a pas été revalorisé au 1er juillet 2014

SMIC au 1er juillet 2014
Ouvriers du rail – Musée de Moscou
Crédit : Harveyqs

Une étude récente pourrait également limiter à l’avenir le montant des revalorisation du SMIC. En effet, sur une demande du président de la république française, le commissariat général à la stratégie et à la prospective (France Stratégie) a indiqué dans un rapport intitulé Quelle France dans dix ans ? Les chantiers de la décennie qu’un SMIC trop élevé étaient un frein à l’embauche des personnes les moins qualifiées.

Ce rapport notait entre autres qu’en France le SMIC se situe à 62% du salaire médian (la moyenne de tous les salaires). Alors qu’il ne dépasse pas 50% en moyenne dans les pays membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Sans demander une suppression du SMIC, le rapport suggère toutefois, à demi-mot, de revoir à la baisse le taux horaire du SMIC. Mais dans les faits, le pas sera difficile à franchir pour le gouvernement. Il devra en effet s’attaquer à un pilier social. Il reste probable que les revalorisations du SMIC deux fois par an, tous les 1er juillet en plus des 1er janvier, soit de l’histoire ancienne. On peut alors légitiment se poser la question de l’ampleur de la revalorisation au 1er janvier 2015.