L’Allemagne adopte un SMIC pour les salariés

Instauration d’un SMIC à 8,50€ de l’heure en Allemagne

Un évènement historique s’est passé le 03 juillet 2014 en Allemagne. En effet, le Bundestag a décidé d’introduire dans ce pays un salaire minimum légal d’un montant de 8,50 euros de l’heure. Sur 601 suffrages exprimés, 535 députés du Bundestag allemand se sont montrés pour l’application de « SMIC allemand » à partir de 2015.

Avec un budget de 10 milliards d’euros, l’état allemand espère apporter une amélioration dans la définition des salaires. C’est une vraie révolution pour le « modèle d’économie sociale de marché » allemand.

L’adoption de la loi régissant ce salaire minimum est perçue comme une victoire de la part des syndicats. Ainsi que par les quelques millions de salariés allemands sous-payés. Également au sein du parti social-démocrate, car c’est l’une de leurs principales revendications. Environ 3,7 millions de personnes en Allemagne bénéficieront de ce SMIC.

Cette réforme a été mise en place face aux différentes failles dans l’ancien système. En effet, de plus en plus d’entreprises refusaient de s’aligner aux accords collectifs relatifs à l’explosion du nombre d’emplois à bas salaire, établi en 2003 avec Gerhard Schröder.

  • Plusieurs autres critères ont également emmené l’Allemagne à faire cette révolution

Ouvrier. Munich, Allemagne
Ouvrier. Munich, Allemagne
Crédit : Usien

Le travail intérimaire ainsi que la création des « mini-jobs à 400 euros » se sont beaucoup développés. Plusieurs employeurs ont recours à des travailleurs sous-payés venant de l’Europe de l’est. Le dumping salarial augmente de plus en plus, surtout chez les entreprises de services comme la restauration, le transport, la sécurité, etc.

Avec cette réforme, l’Allemagne attend une augmentation salariale estimée à 10 milliards d’euros. Auparavant, la définition des salaires et des conditions de travail étaient monopolisées par les employeurs et les syndicats. A partir de maintenant, l’État influencera également sur ces décisions.

Selon la ministre de l’Emploi et des Affaires sociales Andrea Nahles, « Cinq millions de personnes travaillent dans des secteurs où règne le ‘moins-disant salarial’. Sans le salaire minimum, ils ne peuvent espérer toucher une rémunération à peu près correcte ».

L’adoption du SMIC en Allemagne vise donc principalement à protéger les salariés. La ministre, issue du parti social-démocrate a même précisé que 3 millions de salariés perçoivent déjà un salaire minimum sectoriel. Ceci sans que cela conduise à détruire l’emploi dans son pays. Selon la ministre, l’État estime que « pour l’ensemble de l’économie, cette mesure représente une augmentation salariale globale de 10 milliards d’euros ».

  • Les employeurs pourront faire une dérogation par rapport à cette réforme.

Selon la loi allemande relative au SMIC, tous les secteurs d’activité doivent avoir un salaire minimum. Deux cas peuvent se présenter : Si le secteur n’a pas encore de salaire minimum, il devrait en créer un, équivalant à 8,5 euros brut de l’heure. En revanche, pour un secteur qui applique déjà un SMIC sectoriel, mais dont la valeur est inférieure à 8,5 euros de l’heure, un délai de deux ans leur est accordé pour se mettre à la page.

A l’initiative des députés conservateurs, plusieurs secteurs feront l’objet d’une exception par rapport à la loi sur le SMIC. Parmi eux les travailleurs saisonniers (agricoles…) travaillant au maximum 70 jours par an. Également les stagiaires dont le stage est inférieur à 3 mois et les porteurs de presse . Pour les jeunes de moins de 18 ans et les chômeurs de longue durée, les employeurs pourront faire une dérogation au SMIC pour une durée de 6 mois maximum. Ceci afin de faciliter leurs insertions professionnelles.

  • Une mise en place accompagnée

Selon Andrea Nahles, 1600 inspecteurs de travail supplémentaires vont être embauché d’ici à 2015 pour assurer la bonne application des textes de loi sur le SMIC. Une commission paritaire composée des employeurs, des syndicats et des représentants de l’État a été également créée. Elle se réunira tous les deux ans pour réévaluer le montant du SMIC, par rapport aux contextes (politique, économique…) de l’Allemagne

Bien que la mise en place du SMIC en Allemagne soit une révolution, on ne peut pas encore affirmer son impact sur l’économie allemande. Plusieurs personnes comme le président de la Confédération des syndicats allemands, Rainer Hoffmann, sont optimistes sur cet impact. Tandis que les adversaires de la loi estiment que le nouveau SMIC pourra détruire entre 50 000 et 1 million d’emplois. Michael Hüther, le directeur de l’Institut d’études économiques de Cologne, sont parmi ces opposants. La loi sur le SMIC peut être qualifiée de mesure phare du gouvernement Merkel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *